Avertir le modérateur

13/12/2011

Un nouveau rapport accablant sur l’état des prisons en France.

La question de la prévention et de la répression de la délinquance et du crime fait désormais partie du débat public.

 Le dernier rapport de l’Observatoire International des Prisons sur les conditions de détention en France vient d’être rendu public.

 Cet ouvrage couvre une période de cinq ans (2005-2011) et dresse un état des lieux de la vie derrière les murs des prisons de la République.

 Ce rapport recense une recrudescence des suicides en prison depuis le début de l’année 2011.

 Sur les dix premiers mois, 97 détenus se sont donnés la mort, une hausse de près de 8%. Les détenus se suicident six fois plus que les hommes libres âgés de 15 à 59 ans.

 Ce rapport permet aussi de s’interroger sur la portée des politiques pénale et pénitentiaire menées depuis plusieurs années au nom de la prévention de la récidive.

 En l’état, 18 lois pénales ont été mises en œuvre d’août 2005 à novembre 2010.

 Enfin, il est patent que les conditions de détention ne se sont pas améliorées puisque le taux de surpopulation carcérale est globalement de 113% avec de fortes disparités selon les établissements.

 Penser que la prison réinsère est une grande illusion carcérale selon les auteurs de ce rapport.

23/08/2010

Le Contrôleur Général des lieux de privation de liberté.

 

 

Institué par la loi du 30 octobre 2007, le Contrôleur Général est une autorité indépendante, chargée de s’assurer du respect des droits fondamentaux de toute personne privée de liberté.

Toute personne physique et donc tout avocat, peut porter à sa connaissance une situation relevant de sa compétence. Il dispose de la possibilité de visiter à tout moment, de manière programmée ou inopinée, un lieu de détention, s’assurer de la confidentialité des échanges avec les personnes qui s’y trouvent.

Tout avocat peut notamment dénoncer :

- les conditions de détention : hygiène, propreté des lieux, conditions matérielles d’hébergement, manquements dans l’organisation des visites des familles, des avocats, du personnel médical, dans l’accueil des arrivants…

- les conditions de transfèrement : prison, palais de justice, hôpital, centre de rétention administrative, lieux des gardes à vue…

- le transfert du détenu dans un autre lieu de privation de liberté, loin de sa famille, de son avocat, de ses soins habituels,

- les manquements à l’accès aux soins, au travail, à la formation,

- les risques physiques encourus du fait d’autres détenus, du personnel pénitentiaire,

- les atteintes à l’intimité (fouilles corporelles),

- l’usage intempestif ou disproportionné des menottes et entraves,

- les manquements au droit à l’information de la personne privée de liberté.

Ainsi, tous les avocats disposent désormais du moyen de saisir hors procédure administrative, une haute autorité indépendante de toute situation contraire à la dignité humaine.

C’est Beccaria, dans son traité « Des Délits et des Peines » qui écrivait il y a déjà longtemps :

« Que penser des supplices secrets et obscurs qu’un usage tyrannique exerce sur les coupables comme sur les innocents ? »

Une phrase à méditer pour tous les avocats investis d’une défense pénale et d’une justice à visage humain.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu