Avertir le modérateur

25/02/2010

L’INCESTE APPARAIT DANS LE CODE PENAL

La loi du 8 février 2010 tendant à inscrire l’inceste commis sur les mineurs dans le Code Pénal et à améliorer la détection et la prise en charge des victimes d’actes incestueux est parue au Journal Officiel le 9 février 2010.

Cette loi introduit plusieurs éléments dans le Code Pénal et le Code de Procédure Pénale.

La loi crée un nouvel article 222-31-1 qui qualifie d’incestueux « les viols et agressions sexuelles lorsqu’ils sont commis au sein de la famille sur la personne d’un mineur par un ascendant, un frère, une sœur ou par toute autre personne, y compris s’il s’agit d’un concubin, d’un membre de la famille, ayant sur la victime une autorité de droit ou de fait ».

A peine parue, la loi suscite déjà de nombreux débats sur la nature juridique de cet « inceste » intégré au Code (ni circonstance aggravante, ni nouvelle infraction, il a pu être nommé par certains « sur-qualification »).

Fallait il faire entrer l’inceste dans le Code Pénal ?

Le débat est ouvert.

04/02/2010

La garde à vue en question...

 

 

 

La Chambre Criminelle de la Cour de Cassation a rendu le 27 octobre 2009 un arrêt particulièrement intéressant sur les conditions de la garde à vue, mesure très décriée à l’heure actuelle.

En effet, entendant bénéficier de son droit à un examen médical, Monsieur DUPONT qui a été placé en garde à vue à 19 H 40, voit un médecin deux heures plus tard, à 21 H 45.

Celui-ci estime que l’état de santé de Monsieur DUPONT est incompatible avec son maintien en garde à vue en précisant qu’un traitement médicamenteux doit lui être administré dans la soirée.

L’intéressé est cependant maintenu en garde à vue et un deuxième examen médical pratiqué à 02 H 25 conclu à l’absence d’incompatibilité entre son état de santé et la mesure dont il fait l’objet.

Dès lors, Monsieur DUPONT prétend qu’il a été privé de sa liberté malgré un premier avis médical d’incompatibilité et soutient la nullité de la garde à vue et des actes ultérieurs.

La Chambre de l’Instruction rejette sa demande au motif qu’aucune atteinte n’a été portée à ses intérêts.

La Chambre de l’Instruction précise que l’intéressé ne s’est jamais plaint de son état de santé au cours de la procédure et que son audition, réalisée après le premier certificat médical, n’a pas porté sur le fond de l’affaire.

La Chambre de l’Instruction estimait donc que Monsieur DUPONT ne pouvait exciper d’aucun grief.

Pourtant, la Chambre Criminelle a rendu un arrêt de cassation en visant l’article 63-3 du Code de Procédure Pénale, lequel dispose : « Attendu qu’il résulte de ce texte que la poursuite de la garde à vue d’une personne dans des conditions qui sont, selon le constat médical incompatibles avec son état de santé, porte nécessairement atteinte à ses intérêts ».

Cet arrêt enrichit donc le contentieux des nullités de la garde à vue d’une nouvelle présomption de grief.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu